The Strange Alchemy of Life and Law by Albie Sachs – French Edition – Welcoming remarks and tribute to Professor Christof Heyns (Traduction française en bas du texte)

Justice-Albie-SachsAuthor: Justice Albie Sachs 
Author & Former Justice of the Constitutional Court of South Africa

This edition is remarkable in many ways. 

To begin with, it has been published by the Centre for Human Rights (Centre) at the University of Pretoria, the university that was once the brain, the soul and the heart of apartheid thinking.  What a brave effort it had been in the 1980s, when Mandela and others were still in prison, people like myself were in exile and the country was suffering from one State of Emergency after another, for Professors Johann Van der Westhuizen and Christof Heyns to establish the Centre.  Then, after democracy was achieved, Johann went on to become a colleague of mine on the South African Constitutional Court, while Christof took over the Centre’s leadership. The main thrust of his work was to link the Centre with lawyers, law teachers and students throughout the African continent.  Christof died earlier this year.  We still feel the shock at the passing of a most remarkable person.  He was humane, he was funny, he was hardworking.  He had a quiet passion, and there was absolutely no showoff at all in anything that he did.  He made impossible things possible.  He worked with equal ease and success all over the African continent, at Geneva, and for the United Nations. The clash of ideas enthralled him. Nothing about human life was ever banal; any team he ever headed found the discussions enthralling. It was fun – the more intractable the subject matter, the more exciting and joyous the extraction of serviceable and meaningful truths.  Wherever he went he brought with him this creative, participatory style of work.  And one of his special projects was to connect up English-speaking and French-speaking lawyers in Africa.  This French language edition of the book is dedicated to him.

Christof was also one of the main drivers of the creation and development of the Pretoria University Law Press (PULP) and they’re the ones who are publishing the book today.  In keeping with the spirit of disseminating ideas as widely and inexpensively as possible, they are publishing it online in elegant format, with free access to anybody who wants to download it. Remarkable. And commendable.

Christof-Heyns

The primary purpose of the translation was, in fact, to help join together something that our separate colonial heritages, the one Anglophone, the other Francophone, had put asunder. In my fifteen years on the Constitutional Court of South Africa, counsel cited to us decisions from all over the world, but not once do I recall being told of a decision by a court or of a learned article by a professor, from the Maghreb or Francophone countries in West or Central Africa. It is quite thrilling for me to know that my experience as a Justice on South Africa’s first Constitutional Court is today being debated by a wonderful panel of French-speaking scholars from North and West Africa. We desperately need scholars without borders. May this edition contribute towards the free flow of jurisprudential ideas across the continent, and may it encourage a reciprocal translation of works from French into English.

Finally, I must pay tribute to the remarkable qualities of the book’s translator, Christine Schurmans.  For anybody, to have your book that contains so much of your thought, your imagination, your humour, sometimes even your despair, translated by somebody else, is to establish a profound connection with that person.  That person is seizing your words, and any beauty they might have, any spirit, any soul, any intellectual thought, and transporting them, without passport, into another linguistic and imaginative realm.  They are dancing with your innermost self, embracing your soul, occasionally standing on your toes, perhaps producing greater flourishes and pirouettes than you yourself might have done. It’s a very intimate and very special connection with whoever the translator happens to be.  But when the linguistic rendition is done by somebody you know, and somebody in whose house you have stayed with herself, her husband and their wonderful son Emmanuel, who played such a big role in getting this book out, the connection is especially strong.  And it is even more powerful when it is somebody you have known at the height of her professional prowess as a senior judge, working late into the night to produce widely admired judgments on economic law, and later been with when submitted to harsh and apparently unjust tribulation.

It was at a difficult time in her life that Christine focused her energies on grappling with and capturing the essence of my book, engaging with the feel, the flow, the ideology, if you’d like, and translating it into the language, French, which I know is a beautiful language, which I cannot speak, and read with the greatest difficulty.  It makes you feel very, very close to that person.  So, Christine, I do not think one can ever owe love to anybody, you give love to somebody, and as an author, as a colleague, as a houseguest, as the judge who employed Emmanuel as my law clerk, and as a great, close, colleague and friend of your dear husband Jan de Groof, I am offering you my gratitude, my love, my appreciation for enabling my thought and my ideas to be captured, kidnapped, in the most beautiful way possible, and borne into the realm of the French imagination. And what a joy it is to feel that, thanks to you, my thoughts are flying in a beneficial triangular trade through Africa to Switzerland, France and Belgium and across the Atlantic to Quebec, where they receive a beautiful linguistic garland from one of the great judges of our era, Claire L’Hereux Dube.

Allocution d’ouverture et hommages au Professeur Christof Heyns

Juge Albie Sachs

Auteur et Ancien juge à la Cour constitutionnelle d’Afrique du Sud


Cette édition est remarquable à bien des égards. 

Tout d’abord, elle a été publiée par le Centre des droits de l’homme (Centre) de l’université de Pretoria, l’université qui a été le cerveau, l’âme et le cœur de la pensée de l’apartheid.  Dans les années 1980, alors que Mandela et d’autres étaient encore en prison, que des personnes comme moi étaient en exil et que le pays souffrait d’un état d’urgence après l’autre, les professeurs Johann Van der Westhuizen et Christof Heyns ont fait un effort courageux pour créer le Centre.  Puis, après l’avènement de la démocratie, Johann est devenu l’un de mes collègues à la Cour constitutionnelle sud-africaine, tandis que Christof a pris la direction du Centre. L’essentiel de son travail consistait à relier le Centre aux avocats, aux professeurs de droit et aux étudiants de tout le continent africain.  Christof est décédé au début de cette année.  Nous sommes encore sous le choc de la disparition d’une personne tout à fait remarquable.  Il était humain, drôle et travailleur.  Il avait une passion tranquille, et il ne se vantait absolument pas dans tout ce qu’il faisait.  Il a rendu possible des choses impossibles.  Il a travaillé avec autant de facilité et de succès sur tout le continent africain, à Genève et pour les Nations unies. Le choc des idées le passionnait. Rien de ce qui concerne la vie humaine n’était jamais banal ; toutes les équipes qu’il a dirigées ont trouvé les discussions passionnantes. C’était amusant – plus le sujet était difficile, plus l’extraction de vérités utiles et significatives était excitante et joyeuse.  Partout où il allait, il apportait avec lui ce style de travail créatif et participatif.  Et l’un de ses projets spéciaux consistait à mettre en relation des avocats francophones et anglophones en Afrique.  Cette édition française du livre lui est dédiée.

Christof a également été l’un des principaux acteurs qui ont mis en place et développé la Pretoria University Law Press (PULP), qui publie le livre aujourd’hui.  Conformément à l’esprit de diffusion des idées aussi large et peu coûteuse que possible, ils le publient en ligne dans un format élégant, avec un accès gratuit à quiconque souhaite le télécharger. Remarquable. Et louable.

Le but premier de la traduction était, en fait, d’aider à réunir quelque chose que nos héritages coloniaux ont séparés, l’un anglophone, l’autre francophone. Au cours des quinze années que j’ai passées à la Cour constitutionnelle d’Afrique du Sud, les avocats nous ont cité des décisions du monde entier, mais pas une seule fois je ne me souviens avoir été informé d’une décision d’un tribunal ou d’un article savant d’un professeur, provenant du Maghreb ou de pays francophones d’Afrique de l’Ouest ou centrale. Je suis très heureux de savoir que mon expérience en tant que juge de la première Cour constitutionnelle d’Afrique du Sud est aujourd’hui débattue par un merveilleux panel d’universitaires francophones d’Afrique du Nord et de l’Ouest. Nous avons désespérément besoin de chercheurs sans frontières. Puisse cette édition contribuer à la libre circulation des idées jurisprudentielles à travers le continent, et puisse-t-elle encourager la traduction réciproque d’ouvrages du français vers l’anglais.

Enfin, je dois rendre hommage aux qualités remarquables de la traductrice du livre, Christine Schurmans.  Pour quiconque, faire traduire par quelqu’un d’autre son livre qui contient tant de sa pensée, de son imagination, de son humour, parfois même de son désespoir, c’est établir un lien profond avec cette personne.  Cette personne s’empare de vos mots, et de toute beauté qu’ils peuvent avoir, de tout esprit, de toute âme, de toute pensée intellectuelle, et les transporte, sans passeport, dans un autre royaume linguistique et imaginatif.  Elle danse avec votre moi le plus profond, embrasse votre âme, se tient parfois sur vos orteils, produit peut-être de plus grandes fioritures et pirouettes que vous ne l’auriez fait vous-même. Il s’agit d’un lien très intime et très spécial avec le traducteur, quel qu’il soit.  Mais lorsque le rendu linguistique est effectué par une personne que vous connaissez, et chez qui vous avez séjourné avec son mari et leur merveilleux fils Emmanuel, qui ont joué un rôle si important dans la sortie de ce livre, le lien est particulièrement fort.  Et il est encore plus fort lorsqu’il s’agit d’une personne que vous avez connue au sommet de ses prouesses professionnelles en tant que juge principal, travaillant tard dans la nuit pour produire des jugements largement admirés sur le droit économique, et que vous avez ensuite côtoyée lorsqu’elle a été soumise à des épreuves difficiles et apparemment injustes.

C’est à un moment difficile de sa vie que Christine a concentré son énergie pour saisir et capturer l’essence de mon livre, s’attacher à la sensation, au flux, à l’idéologie, si vous voulez, et le traduire en français, qui est une langue magnifique, que je ne peux pas parler, et que je lis avec la plus grande difficulté.  On se sent très, très proche de cette personne.  Alors, Christine, je ne pense pas qu’on puisse devoir de l’amour à qui que ce soit, on donne de l’amour à quelqu’un, et en tant qu’auteur, en tant que collègue, en tant qu’invité, en tant que juge qui a employé Emmanuel comme référendaire, et en tant que grand, proche, collègue et ami de ton cher mari Jan de Groof, je t’offre ma gratitude, mon amour, ma reconnaissance pour avoir permis à ma pensée et à mes idées d’être capturées, kidnappées, de la plus belle façon possible, et portées dans le royaume de l’imagination française. Et quelle joie de sentir que, grâce à vous, ma pensée s’envole dans un bénéfique commerce triangulaire à travers l’Afrique vers la Suisse, la France et la Belgique et à travers l’Atlantique vers le Québec, où elle reçoit une belle guirlande linguistique d’un des grands juges de notre époque, Claire L’Hereux Dube.

Cette intervention est également accessible sur YouTube en cliquant sur ce lien.

 

About the Author:

Albie Sachs is an author & former Justice of the Constitutional Court of South Africa



Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s